L'Agonie de Couronne d'Ouest

Un complot mal engagé

Couronne d’Ouest.
Une des plus grandes cités de Golarion et jadis une des plus puissantes. Elle sombre peu à peu dans l’oubli et la déchéance.
Depuis quelques semaines déjà, une ombre se déploie sur la ville. Une vague de méfaits qui secoue la cité endormie. L’influence des astres peut-être ? Ou plutôt le délaissement du seigneur-maire et de ses administrés ? La rumeur gronde. Les citoyens sont victimes de bastonnades et cambriolages, la tension monte de plus en plus. Et les dottaris demeurent impuissants à contenir la hausse de la criminalité.
C’est dans ce contexte délétère que Fedora Rosala a invité la maison Aténaar à un rendez-vous secret sur une péniche pendant une morne soirée de Lamashan. La maison Rosala demande à son allié de participer à l’élan qui instaurera un règne nouveau dans la cité. Le leur. Le Baron Giacomo-Arcangelo Aténaar exige de Niccolò, novice d’Asmodéus et troisième fils d’honorer cette requête, avec le concours d’autres membres de la maisonnée : Vilandre, aîné déchu de son titre et brute notoire, mais aussi Léonis, gnome artificier garde du corps, ainsi qu’Arcibaldo, fils bâtard devenu espion. C’était sans compter sur la présence impromptue de la petite dernière de la famille, Aurora, Tieffelin de son état.
Le manoir Aténaar se situe au bord de la rivière Adivian, dans le Parego Spera, à la limite du Rego Pena. C’est en ce 12ème jour de Lamashan qu’un coursier y dépose un pli portant la signature de la maison Rosala à l’attention de Niccolo.
Les Aténaar sont conviés à un nouveau rendez-vous, le 13ème jour de Lamashan, 3 heures avant la nuit, dans la taverne de Vizio dans le Rego Pena. Ils en sauront plus sur le plan qui vise à établir un ordre nouveau sur Couronne d’Ouest.
La taverne de Vizio était un endroit connu pour être un lieu de rencontre des nombreux gardes de caravane et autres mercenaires dans l’attente d’un nouveau travail. Cependant, le patriarche des Vizio est mort il y a quelques mois, et la famille a quitté Couronne d’Ouest, vendant l’établissement à une humaine et à une demie-elfe. On murmure qu’elles souhaitent rafraichir le lieu avant sa réouverture prochaine.
Quelques Aténaar décident d’aller y jeter un œil, même si le rendez-vous n’est que demain. La taverne est dans une rue peu éclairée, et porte toujours l’enseigne des précédents propriétaires. Un cordonnier tient boutique en face. Léonis engage la conversation avec l’artisan en lui demandant de réparer ses gants. Pendant ce temps, Vilandre et Niccolo, dépités de trouver la taverne de Vizio porte close, vont poser leurs séants dans une taverne proche, « La Douce Larme », qui elle, est ouverte. Pour tenter d’en apprendre un peu plus sur le quartier en se rafraichissant le gosier.
Ils apprennent que le Vizio a été racheté par Janiven Key, une prêtresse d’Iomedae.
Volant de toit en toit pour suivre ses frères, Aurora repère un détachement de chevaliers infernaux qui marchent d’un pas déterminé. L’équipe prend le chemin du retour vers la Vira Aténaar avant le couvre-feu. Aurora, espiègle, essaye de chiper le chapeau de Vilandre, mais celui-ci a de bons réflexes !
Le lendemain, à l’heure dite du rendez-vous.
La taverne est éclairée à l’intérieur par quelques bougies. C’est toujours Fedora, la belle demie-elfe, qui accueille le groupe. Elle leur sert un repas, mais une des places à la tablée reste vacante. Leonis en profite pour raconter une anecdote… Il narre à ses compagnons comment il a sauvé la vie de Niccolo lorsqu’ils étaient acculés par une bande de malandrins dans le Rego Cura, avec l’aide de ses fameux gadgets. Ses yeux brillent quand il évoque la déflagration de la bombe qui improvisa un chemin de traverse dans un bâtiment pour permettre leur fuite.
La conversation tourne ensuite autour de l’inaction du seigneur-maire et de l’avenir de la cité. Fedora nous apprend que c’est une certaine Janiven Key, membre important mais secret des Rosala, qui est à la tête de la rébellion. C’est bien elle qui est attendue au repas de ce soir pour présenter les premières actions que les Aténaar vont devoir mener.
On tape violemment à la porte. Fedora et Aurora montent à l’étage pour vérifier l’identité de l’arrivant. « Ouvrez la porte ! » dit Fedora.
Un adolescent essoufflé, du nom de Morosino, entre et annonce que les Dottaris ont capturé Janiven, l’ont remis aux chevaliers infernaux et qu’ils sont à ses trousses !
Leonis piège la porte d’entrée tandis que Fedora organise l’évacuation du groupe, par un passage secret caché dans un vaisselier. La progression est difficile dans ce tunnel sombre. Vilandre glisse et tombe dans l’eau croupie des égouts en jurant comme un charretier varisien sous l’emprise d’un alcool frelâté. Une forte déflagration résonne. Il semblerait que Léonis n’y soit pas allé de main morte dans les dosages de son piège. Une voix retentit derrière le groupe. Vilandre l’identifie comme étant celle du Maralicteur Volarius, un officier dont il ne garde par le meilleur souvenir. Niccolo invoque un lémure qui bave sur la corniche derrière le groupe qui prend la poudre d’escampette pour ne pas avoir à affronter les chevaliers infernaux.
Les Aténaar se séparent de Fedora et Morosino qui vont s’enquérir de leurs autres compagnons qui pourraient être en danger. Les Aténaar suivent les symboles d’épée gravés dans le mur pour rejoindre la prochaine cachette.
Mais il n’est pas évident de détecter ces petits symboles griffonné dans la pénombre… et le groupe s’égare dans les tunnels. Soudain, Vilandre est attaqué par un gobelin, bientôt suivi par un groupe de ses affreuses et vindicatives petites bestioles. Les Aténaar repoussent les créatures entre coup d’épée magistral, bombe incendiaire, insectes incendiaires et griffes acérés.
Les compagnons parviennent à une échelle qui mène à une trappe que Vilandre défonce avec enthousiasme. Ermolos le forgeron a été attiré par le bruit. S’il semble surpris de prime abord par l’arrivée de nouveaux venu dans la réserve, il est rassuré quand les Aténaar disent être des amis de Fédora. La pièce suivante est un presbytère où des atours d’Iomedae sont déposés. Ensuite se trouve la pièce principale du bâtiment, la nef d’un ancien temple d’Aroden désormais pourvue de décorations à l’effigie d’Iomedae. Le lieu semble ancien et peu utilisé, comme en atteste la poussière et les étendards mités. Devant l’autel sont assis deux autres personnes. Une varisienne, qui retire son écharpe de soie, et un soiffard qui tend sa chope « J’les connais pas ceux là ! ». Gorvio et Amaya.
Amaya rapporte de l’eau pour que Vilandre se débarbouille du sang et de la boue dont il est couvert. Les trois ladres présents dans le sanctuaire sont employés par Fedora. En parlant du loup… cette dernière arrive dans le repère, accompagné de Morosino qui tremble comme une feuille. Elle porte les stigmates d’un combat, ses vêtements abimés et une légère estafilade. Elle dépose le contenu de son sac sur l’autel du temple.
Finalement, il se trouve que Janiven est toujours aux mains des Dottaris, et qu’elle est accusée de sédition envers l’Empire. L’ordre du Chevalet a ensuite suivi Morosinio qu’ils savaient être un compagnon de Janivene. Fedora a éliminé le traître qui a vendu Janiven, un certain Dart, espion chez les Arvanxi, qui a joué un double jeu mortel pour sa personne.
Le groupe décide de ne pas braver les dangers qui rôdent la nuit dans Couronne d’Ouest et passe la nuit au repaire.
Pendant la soirée Amaya propose aux membres du groupe de leur tirer les cartes.
Que leur réserve le destin ?
tirage_Vilandre.jpg
Vilandre
Avenir proche : La Chouette – Il va agir de nuit et devra faire usage de la ruse.
Avenir lointain : La Plaisanterie – Il se dirige vers quelque chose d’important en rapport avec la stratégie
Négatif : Le Mariage – Celui de Vilandre… ou de quelqu’un d autre.
tirage_L_onis.jpg
Léonis
Avenir proche : Le Survivant – Il sera le seul à pouvoir franchir sans heurs certaines épreuves.
Avenir lointain : L’Homme Montagne – Il a la volonté de s’élever… à moins que sa faible espérance de vie n’intervienne.
Négatif : Le Criquet – Il devra se méfier des choses plus petites ou plus fortes que lui.
tirage_Niccolo.jpg
Niccolo
Avenir proche : Le Tyran – Sa force de caractère va s’imposer aux autres.
Avenir lointain : Le Marchand Etranger – Il va comprendre au-delà des apparences, et se confronter à l’exotisme.
Négatif : La Vérité Cachée – Dans son environnement proche, quelque chose ou quelqu’un de caché pourrait bien lui nuire.
tirage_Aurora.jpg
Aurora
Avenir proche : Le Courtisan – Quelqu’un de son entourage est un allié utile sur qui elle peut compter.
Avenir lointain : Le Désert – Elle survivra à un domaine où d’autres seraient morts.
Négatif : La Sage-femme – L’histoire se répète. Elle sera à nouveau à l’origine du désespoir de son père.
tirage_Arcibaldo.jpg
Arcibaldo
Avenir proche : Le Serrurier – Il existe un allié inattendu et solide, mais pour l’instant caché.
Avenir lointain : L’Egaré – S’il ne se perd pas dans la multitude, il ne faillira pas.
Négatif : La Licorne – Il doit se méfier de ce qui parait bon car leurs objectifs diffèrent.
tirage_Amaya.jpg
Amaya (tirage par Arcibaldo)
Avenir proche : Le Paon – De bonnes surprises se retrouvent parfois sous certaines apparences, même les plus rustres.
Avenir lointain : La Frappe – Un déluge de coups nombreux s’abattra sur elle mais elle ne s’en relèvera que plus forte.
Négatif : le Cyclone – Un tumulte approche, le destin se convulse, elle doit trouver sa place ou périr.
Le lendemain à l’aube, la troupe se disperse pour en apprendre plus sur ce qui attend Janiven.
Arcibaldo découvre quelques informations utiles d’une des filles du Chérubin Assoupi, une maison de passes du Spera, de la bouche même d’un des Dottari qui a participé à l’arrestation de Janiven. Un informateur a appris aux Dottaris que les chevaliers infernaux voulaient mettre la main sur cette femme. Rien que pour cette raison, les Dottaris ont procédé à l’arrestation de Janivene, au nez et à la barbe des Chevaliers infernaux. Comme ils n’ont aucune preuve contre elle, ils vont la transférer aux mains des Chevaliers infernaux, à la citadelle de Rivad.
Le mot est passé à Léonis, qui connaît le contact idéal. Il rencontre son vieil ami Cicerone 118.218, mécanicien toujours en poste chez les chevaliers infernaux dans la maison Taranik. Janiven était suivie depuis plusieurs semaines. Malheureusement, les Dottaris ont mis la main sur elle avant eux. Ils ont fait appel au clergé d’Asmodéus pour s’assurer que la bureaucratie supporte le transfert de la prisonnière dans l’après-midi. Le Maralicteur Volarius ayant échoué à récupérer Janiven, ce seront des novices dirigés par l’ambitieux Paralicteur Shanwen qui assureront l’escorte de la prisonnière.
Aurora va faire un vol de reconnaissance sur le chemin entre Couronne d’Ouest et la forteresse de Rival. Elle a repéré un pont sur le chemin qui serait l’endroit parfait pour une embuscade. Quelques bosquets feront des planques idéales.
L’oncle de Gorvio loue quelques canassons pour le groupe afin qu’il atteigne au plus vite l’endroit repéré par Aurora. Un plan est préparé avec soin par les Aténaar. Des cavaliers précèdent le chariot, tiré par deux chevaux dirigés par des cochers. Deux sentinelles sont sur le toit de la calèche-prison surmontée d’une baliste.
L’attaque est donnée et Léonis est le premier à ouvrir le bal en abattant un des destriers d’un carreau explosif. Aurora effraie les chevaux et parvient à faire fuir plusieurs cavaliers. Vilandre charge les cavaliers restant en tête. Arcibaldo ensorcelle le balistère qui décoche un trait dans le corps d’un de ses camarades. Aurora convoque les ombres qui enserrent un des chevaliers. La bataille fait rage. Vilandre décapite un cavalier d’un geste magistral. Un carreau d’arbalète perfore la cuisse de Léonis. Niccolo manque de chance avec son arbalète et manque sa cible à plusieurs reprises. Aurora vole rapidement jusqu’au chariot et s’attaque à un des novices chevaliers, pendant qu’Arcibaldo crochète la porte et rentre dans la cellule. Janiven est blessée, et s’appuie sur le bâtard Aténaar et Vilandre qui les a rejoints pour s’extraire de la prison.
Fedora et Arcibaldo retournent au repère avec Janiven alors que le reste des Aténaar rentre au manoir…

Comments

Ethadan

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.